La biodiversité

De WikiDeen
Aller à : navigation, rechercher

La Normandie offre un climat océanique, doux et humide, caractérisé par un temps changeant et des amplitudes saisonnières faibles, ce qui constitue un des facteurs déterminants pour l’installation des plantes notamment. Les modifications climatiques en cours sont susceptibles d’apporter des nuances à ce constat général en augmentant les écarts de température, humidité ou sécheresse, modifiant ainsi la répartition géographique de certaines espèces, notamment plantes, oiseaux et insectes.

La Normandie n’existe que par l’histoire et ne présente pas d’unité géographique. A la fois armoricaine et sédimentaire, la Normandie offre donc une variété de terrains qui vont du vieux socle hercynien aux plateaux sédimentaires. D’ouest en est on passe des collines tourmentées aux plaines, le tout agrémenté de multiples ruisseaux et fleuves.

Dépendante du climat, de la topographie et du sol, la végétation peut être aussi influencée par l’action des animaux et des hommes. Sous ces diverses contraintes elle s’ordonne en groupements dont le maintien est indispensable aux hommes pour leur alimentation, leurs besoins en matières premières et énergie ou leur détente. Le littoral, les marais, les boisements et landes, les formations herbeuses et les cultures sont autant de milieux qui présentent leurs particularités et leur diversité en matière de plantes. Depuis le début du 20ème siècle, beaucoup de ces plantes ont régressé ou sont devenues relictuelles. Ces régressions peuvent s’expliquer par des causes naturelles telles que les variations climatiques, le recul des rivages maritimes ou le comblement naturel des pièces d’eau ou des baies. Mais le plus souvent c’est l’intervention humaine qui en est la cause, par les déboisements, les drainages, les prélèvements abusifs, l’urbanisation et la pollution. Ce patrimoine naturel mérite pourtant qu’on y porte attention à des fins alimentaires, thérapeutiques, de régulation hydrique ou d’épurateur atmosphérique.

Région maritime, la Normandie abrite une faune dont l’originalité est renforcée par sa situation sur les grands itinéraires de migration des oiseaux. Avec plus de 250 espèces de reptiles, amphibiens, oiseaux et mammifères, la région offre une biodiversité riche, à laquelle il faut ajouter quelques milliers d’espèces de poissons, mollusques, insectes ou autres animaux rudimentaires, qui pour être souvent mal connus n’en jouent pas moins un rôle important dans les cycles de la nature. Le biotope sélectionne les espèces qui pourront s’adapter à un endroit donné ; les grandes unités faunistiques chevauchent donc les formations végétales. L’homme entre à son tour en compétition avec la faune, en fonction d’une connaissance souvent empirique et incomplète du milieu naturel, ce qui conduit parfois à de graves erreurs. Les estuaires et marais sont particulièrement riches et constituent des zones de régénération de la vie. Les ruisseaux et rivières, de même que les mares, abritent une faune bien plus riche qu’il n’y paraît. Les forêts, souvent artificialisées, restent cependant le refuge de la grande faune. De même le bocage, quand il a été épargné, demeure un exemple d’équilibre entre la nature et l’activité humaine. Depuis quelques années, le maintien ou la reconstitution de trames vertes et bleues est une des mesures phare, entre autres, pour réenrichir des milieux appauvris.

Le souci de protéger la nature, en Normandie, est plus ancien qu’on le pense habituellement, avec un essor important dès la seconde moitié du 19ème siècle. On peut prendre argument de cela pour affirmer que les destructions de la nature ont existé de tous temps, ce qui est vrai. Mais ce qui est nouveau, c’est la rapidité et l’ampleur avec laquelle la nature s’amenuise, en relation avec l’aménagement du territoire, l’agriculture, l’industrialisation. L’écologie ne doit pas être la cause d’un affrontement entre ces antagonismes, mais au contraire la science qui saura sous-tendre une philosophie capable de concevoir une nouvelle symbiose entre l’homme et la nature.

C’est toute l’organisation de l’espace et la finalité du progrès qu’il faut repenser. La nature est maintenant à gérer comme un capital qu’il faut maintenir si l’on veut profiter encore longtemps des intérêts.


BIBLOGRAPHIE :

Bibliographie personnelle comportant les numéros de repérage aux Archives Départementales de Seine-Maritime, code 341J (42 Rue Henri II Plantagenêt, Pôle culturel Grammont, 76100 Rouen - Tél. : 02 35 03 54 95 / Mail : archives@cg76.fr) :

  • 006 POTEL, Dany ; LEROND, Michel

Les herbiers de la Haute-Normandie.- Rev. Soc. Sav. Haute-Normandie, 1973, 72 : p. 25-34.

  • 030 DUPONT, Jean-Paul, FOURAY, Monique, LEROND, Michel

Les grandes unités structurales de la végétation .- In  : Aspects de la végétation en Haute- Normandie.- Rouen : Museum, 1977.- p. 121-142.

  • 041 LEROND, Michel

Cadre naturel.- In : Normandie.- Paris : Bonneton, 1978.- p. 162-221.

  • 050 GUERY, René ; LEROND, Michel

Végétation de la mare Catelière en forêt du Trait (Seine Maritime).- Actes du Museum de Rouen, 1978, 3 : p. 17-25.

  • 076 LEROND, Michel

Les lichens épiphytes en Normandie orientale. Distribution, sociologie et application à la cartographie de la pollution atmosphérique.- Actes du Museum de Rouen, 1981, 1-2 : p. 1-300.

  • 198 CHAIB, Jérôme ; BARDAT, Jacques ; LEROND, Michel

Gestion de l'espace et plantes protégées de Haute-Normandie. Guide pratique.- Rouen: CDM, Observatoire Régional de l'Environnement, 1991.- 89 p.

  • 227 LEROND, Michel ; LUCE, Jean-Noël

Les Vieux arbres de Haute-Normandie. Circuits de découverte.- Rouen : CDM, Observatoire Régional de l'Environnement, 1993.- 186 p.

  • 228 LEROND, Michel

Diagnostic du littoral de Haute-Normandie et porter à connaissance pour l'application de l'article L 146-6 du code de l'urbanisme. 1 Diagnostic.- Rouen : DIREN, 1993.-90 p.

  • 229 LEROND, Michel

Diagnostic du littoral de Haute-Normandie et porter à connaissance pour l'application de l'article L 146-6 du code de l'urbanisme. 2 Porter à connaissance.- Rouen : DIREN, 1993.- 142 p.

  • 243 LEROND, Michel

Les milieux naturels, enjeux pour les collectivités territoriales.- Paris : CNFPT, 1994.-68 p.

Bibliographie sommaire d’autres auteurs :

  • BOULLARD, Bernard

Plantes de Normandie.- Condé-sur-Noireau : Corlet, 2005.- 384 p.

  • DUBRAC, Bruno ; NICOLLE, Serge ; MICHEL, Hervé

Guide des oiseaux de Normandie.- Scorbé-Clairvaux : Hypolaïs, 2001.- 216 p.

  • DUPONT, Willy ; DUPONT, Jean-Paul ; LECOMTE, Thierry

Animaux de Normandie.- Weltolsheim : Mars et Mercure, 1977.

  • FRILEUX, Pierre-Noël

Les groupements végétaux du Pays de Bray (Seine-Maritime et Oise – France). Caractérisation, écologie, dynamique.- Rouen : Université, 1977.

  • GROUPE MAMMALOGIQUE NORMAND

Les mammifères sauvages de Normandie.- GMN, 2004.- 306 p.


Liens essentiels pour des recherches bibliographiques :